Vous êtes ici : Accueil Chez Temporel

chez-temporel_quebec

Chez Temporel

25, rue Couillard, Québec, QC, G1R 3T4

418-694-1813

Depuis 1974, le café Chez Temporel a vu se succéder à ses tables nombre d'artistes et de touristes subjugués par la simplicité et la sobriété de ce lieu quasi mythique.

Catégorie: Restaurant
alt_share

Quoi

Type de cuisine | Sandwichs
Ambiance | Intime
Caractéristiques | Café et desserts
Prix moyen | 20$ et moins
Paiement | Interac, Visa

Quartier | Vieux-Québec

Quand

TOUS LES JOURS 7h-1h

Profil Dernière mise-à-jour: 08 mars 2007

Christine Brouillette s'y est attablée
Chez Temporel, le temps semble s'écouler tout autrement qu'ailleurs. On y mange, on y discute, on s'y attarde, seul ou entre amis, on y lit en se permettant même d'y écrire. On n'y bouscule personne et tous peuvent s'y attabler en toute quiétude. Présent depuis 1974, à l'écart des tonitruants établissements du Vieux-Québec, le café Chez Temporel a vu se succéder à ses tables nombre de comédiens, d'artistes, d'écrivains et de touristes subjugués par la simplicité et la sobriété de ce lieu quasi mythique. On se souviendra d'une Christine Brouillette qui, jadis, y servait la clientèle pour aussitôt après, poursuivre l'écriture de son premier roman devant la propulser au rang des grands auteurs du Québec.

Menu sobre mais appétissant
Le menu est sobre, mais très appétissant. Les croissants au beurre, les pâtisseries et les muffins sont faits sur place. On y offre des salades, des croûtons au fromage, aux asperges et un festin feta fait d'une baguette à l'huile d'olive avec feta, oignons, tomates et fines herbes. Soupes, sandwiches et quiches agrémentent le menu. On y propose également un menu du jour entre 11h et 14h. Le café pression y est particulièrement onctueux.

Ambiance et poésie
Le bonheur d'y être bien et de s'y sentir comme chez soi se partage sur deux étages. Sur le menu, on trouve ce poème d'André Hardelet (1911-1974) qui se termine ainsi:

Oui, si tu retournes danser
Chez Temporel, un jour ou l'autre,
Pense aux bonheurs qui sont passés
Là, simplement, comme les nôtres